Les terroirs de schistes de l’association
L’association regroupe des terroirs sur des schistes de différentes époques géologiques. Les plus anciens sont des argiles déposées au fond d’une mer de l’ère primaire, qui ont subi ensuite, entre -330 et -300 millions d’années, les plissements de la chaîne de montagne hercynienne. Les terroirs de Saint-Chinian (secteur nord), de Berlou et de Roquebrun sont installés sur des schistes, datés de l’Ordovicien (de -488 à -443 millions d’années), comme ceux de Collioure et Banyuls. Le terroir de Faugères et celui du Priorat bénéficient de schistes d’une période du Carbonifère, le Viséen, entre -345 et -326 millions d’années.

Par contre, les schistes de Corse et ceux du Valais sont d’anciens sédiments marins déposés lors de l’ère secondaire et transformés en schistes par les plissements alpins. Ils peuvent être associés aussi à des grès et même sont parfois en partie calcaires (« calcschistes »). Enfin, datés de la fin du Crétacé inférieur, les schistes de Maury et des Fenouillèdes, sont aussi des dépôts marins d’argiles un peu calcaires (marnes), avec des intercalations de grès, ayant été soumis au plissement pyrénéen.

À tous ces terroirs, aux schistes d’origine marine, s’ajoute dans l’appellation languedocienne « Terrasses du Larzac », le secteur de Saint-Jean-de-la-Blaquière aux roches argilo-gréseuses continentales de la fin de l’ère primaire (Permien). Du fait de leur débit comparable, elles sont considérées par tradition comme des schistes.

Les terroirs de schistes de l’association

 

Les terroirs de schistes de l’association en Languedoc-Roussillon

Contactez-nous

Vous avez une question? N'hésitez pas à nous contacter.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search